Antonio Fiori

À mesure que vous complétiez davantage la somme des conditions qui, une fois connues, eussent permis de prédire l’action future de Pierre, vous serriez de plus près l’existence de ce personnage, vous tendiez davantage à la revivre dans ses moindres détails, et vous arriviez ainsi au moment précis où, l’action s’accomplissant, il ne pouvait plus être question de la prévoir, mais simplement d’agir.Il n’est pas le support sur lequel le mouvement réel se pose ; c’est le mouvement réel, au contraire, qui le dépose au-dessous de lui.Mais demander si, les antécé­dents étant connus ainsi que leur valeur, on pouvait prédire l’acte final, c’est commettre un cercle vicieux ; c’est oublier qu’on se donne, avec la valeur des antécédents, l’action finale qu’il s’agit de prévoir ; c’est supposer à tort que l’image symbolique par laquelle on représente l’opération achevée a été dessinée par cette opération elle-même au cours de son progrès, comme sur un appareil enregistreur. Ce dictionnaire constitue une réponse au voeu de Antonio Fiori. A cette occasion ,  elles ont décidé de le mettre à disposition en ligne.Dans l’histoire de l’Europe et du monde ?La perspective d’une bataille électorale en 2014 face au Front national, remonté contre le « libre-échangisme » de l’Union européenne, n’y est pas pour rien.Les sommes prélevées sur le profit et dirigées vers des causes publiques peuvent bien évidemment faire de bonnes choses et contribuer au bien public.Réalistes et idéalistes s’accordent à raisonner de cette manière.Mais l’amour romanesque a une date : il a surgi au moyen âge, le jour où l’on s’avisa d’absorber l’amour naturel dans un sentiment en quelque sorte surnaturel, dans l’émotion religieuse telle que le christianisme l’avait créée et jetée dans le monde.C’est que, d’ordinaire, nous regardons bien le changement, mais nous ne l’apercevons pas.L’enjeu est de taille car il concerne la création d’un espace d’échange à la mesure du 21ème siècle.Mais comme ils n’ont pas commencé par isoler la mémoire qui retient et aligne les répétitions successives sous forme d’images-souvenirs, comme ils la confondent avec l’habitude que l’exercice perfectionne, ils sont conduits à croire que l’effet de la répétition porte sur un seul et même phénomène indivisible, qui se renfor­cerait simplement en se répétant : et comme ce phénomène finit visiblement par n’être qu’une habitude motrice et par correspondre à un mécanisme, céré­bral ou autre, ils sont amenés, bon gré mal gré, à supposer qu’un mécanisme de ce genre était dès le début au fond de l’imagQue les conclusions soient fausses que tirèrent les déshérités de cette triste constatation, je n’en disconviens pas.

Share This: