Des bouleversements faits pour durer

À la connaissance proprement scientifique, qui accompagne la technique ou qui s’y trouve impliquée, elle adjoint, pour tout ce qui échappe à notre action, la croyance à des puissances qui tiendraient compte de l’homme.Le curieux paradoxe français est que, étant inscrit dans la Constitution, le principe se situe au niveau juridique le plus élevé, alors que nous manquons de dispositions légales assurant une évaluation rigoureuse des décisions publiques de gestion des risques.En Europe continentale, les effets combinés de la baisse du prix du pétrole, de la dépréciation de la monnaie unique ont commencé à se diffuser.L’humanité primitive a vécu au milieu du danger ; il doit donc se retrouver encore aujourd’hui chez beaucoup d’hommes une prédisposition naturelle à l’affronter.Voici maintenant, nous semble-t-il, la différence interne.Une ambition qui pourrait trouver une expression forte dès les 16 et 17 décembre prochains, lors de la réunion à Alger du comité intergouvernemental franco-algérien et l’annonce, par les Premiers ministres respectifs, d’un important accord de coopération économique.Je la connaissais bien, quoique les guides ne la mentionnent pas.Elle donne à l’Inégalité la base la plus terrible et la plus sotte : le mépris ; cela, en établissant un hideux simulacre d’Égalité sur la Peine, le Châtiment.Finalement, la présence des administrateurs salariés représente pour le « modèle européen de gouvernance » un facteur distinctif dont le vieux continent devrait faire un avantage concurrentiel.Mais, sous la forme élémentaire qu’ils avaient d’abord, ils répondent à un besoin si naturel qu’il ne faut pas s’étonner si la croyance aux esprits se retrouve au fond de toutes les anciennes religions.Ainsi, comme le souligne une Le blog des ChicheKapi, « La mondialisation des services est une révolution aussi remarquable que celle qui a touché l’industrie après 1973.Si des sociétés se rencontrent aux deux termes principaux du mouvement évolutif, et si l’organisme individuel est construit sur un plan qui annonce celui des sociétés, c’est que la vie est coordination et hiérarchie d’éléments entre lesquels le travail se divise : le social est au fond du vital.Étonnamment, le nouveau programme ne donne aucune indication sur la manière pour la Grèce de résoudre son problème fondamental, à savoir le manque de compétitivité.

Share This: