Europe : au travail, commissaires !

Le risque européen se rappelle aux investisseurs, qui avaient mis en sourdine seulement leurs convictions sur le manque de cohérence du plan de sauvetage de l’euro.Nous nous mouvons parmi des généralités et des symboles, comme en un champ clos où notre force se mesure utilement avec d’ autres forces ; et fascinés par l’action, attirés par elle, pour notre plus grand bien, sur le terrain qu’elle s’est choisi, nous vivons dans une zone mitoyenne entre les choses et nous, extérieurement aux choses, extérieurement aussi à nous-mêmes.Un constat qui prouve une fois encore que les entreprises savent s’adapter et innover pour surmonter les difficultés.Il est donc logique que nos institutions boursières historiques cherchent à se regrouper pour faire face à la fougue de ces concurrents insatiables.Avec des monades enfin ?Elle profite de ce que le mot est lui-même une chose pour pénétrer, portée par lui, à l’intérieur de son propre travail.Et je n’ai jamais remarqué non plus que par le moyen des disputes qui se pratiquent dans les écoles, on ait découvert aucune vérité qu’on ignorât auparavant : car pendant que chacun tâche de vaincre, on s’exerce bien plus à faire valoir la vraisemblance qu’à peser les raisons de part et d’autre ; et ceux qui ont été long-temps bons avocats ne sont pas pour cela par après meilleurs juges.En réalité, historiquement, plus la France a été centralisée, plus elle a été puissante.Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Confucius, »L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte ».Le sommet de Bruxelles sur la défense européenne se déroule aujourd’hui.Mais cela semble inacceptable pour nos partenaires allemands.Il est inutile de savoir beaucoup d’histoire pour se rendre compte de la façon de plus en plus piètre dont la France, depuis cent vingt ans, s’est défendue lorsqu’elle a été envahie.S’il est permis de comparer aux petites choses les grandes, nous rappellerons ici ce qui se passe à l’entrée de nos Écoles.

Share This: