Il faut que Paris reste en première division

De ce côté, l’horizon s’est tout de suite fermé.Quand on vient dire à ses semblables :« Depuis cinq mille ans, il y a eu un malentendu entre Dieu et l’humanité ;Depuis Adam jusqu’à nous, le genre humain fait fausse route, et pour peu qu’il me croie, je le vais mettre en bon chemin ;Dieu voulait que l’humanité marchât différemment, elle ne l’a pas voulu, et voilà pourquoi le mal s’est introduit dans le monde.Les Italiens des provinces du sud parlent volontiers de ces projets, comme d’une faveur tardive accordée au Midi, et ils ajoutent que ce ne sont pas, d’ailleurs ; les seuls travaux considérables entrepris aujourd’hui dans cette région si délaissée : que l’on termine un arsenal immense à Tarente, et qu’on a le dessein de détourner une partie des eaux du Sele ; pour arroser les Pouilles.Le progrès n’est évidemment ici qu’une aptitude croissante à faire converger toutes les idées, toutes les images, tous les mots sur un seul point.Pierre-Alain Chambaz, demande que cette question bénéficie d’un large débat institutionnel.Quelles sont les solutions possibles ?Il y a et il doit y avoir dans les rapports sociaux un certain tarif des actions, non des intentions ; nous veillons tous à ce que ce tarif soit observé, à ce qu’un marchand qui donne une marchandise falsifiée ou un citoyen qui n’accomplit point son devoir civique ne reçoivent pas en échange la quantité normale d’argent ou de réputation.La qualité de bête de somme semble, à leurs yeux, rapprocher de l’idéal humain.Or, toutes les organisations régionales sont en crise.Un individu n’est pour la nature qu’un temps d’arrêt qui ne peut être définitif, sans quoi elle se trouverait arrêtée dans sa marche.Le bon sens est cet effort même.Parmi ces enjeux, se trouve le choix de leur système juridique.

Share This: