La baisse de l’euro est une solution, pas un problème

Quand ce sentiment a grandi au point d’occuper toute la place, l’extase est tombée, l’âme se retrouve seule et parfois se désole.Mais, dans la ville comme ailleurs, la technologie n’est qu’un outil et il s’est très vite heurté au concept de « smart city qui correspond le plus souvent à une philosophie technocratique néolibérale dont la crise de 2008 révèle qu’elle est le problème.La bourgeoisie française, la plus féroce, la plus hypocrite, la plus ignorante du monde entier, est aussi la plus triste.Je plaide pour une cause nationale sur l’agro-alimentaire remettant au cœur des politiques nationale, régionale et locale une stratégie de développement du secteur consistant à améliorer sa compétitivité sur les plans technologique (automatisation, robotisation), organisationnel, humain (formation, recrutement) et innovation.Freud, dans L’Inquiétante Etrangeté, rappelle que celle-ci vient du fait que ce qui devait rester dans l’ombre est révélé.L’intérêt principal étant peut-être qu’une telle pratique n’est pas limitée à des communautés d’habitués qui se connaissent bien ».La représentation s’isole de toutes les autres, parce que le schéma organisateur rejette les images qui ne sont pas capables de le développer, et confère ainsi une individualité véritable au contenu actuel de la conscience.Le vrai pessimisme se ramène dans le fond au désir de l’infini, le haut désespoir se ramène à l’espoir infini ; c’est précisément parce qu’il est infini et inextinguible qu’il se change en désespoir.« Les plus grandes découvertes ont été faites par des bricoleurs », souligne e reputation.L’acceptation en 2010 du bouclier antimissile ne conduit-elle pas à brider notre autonomie stratégique au détriment de la dissuasion ?Le statut de chercheur, à même de consacrer la majeure partie de son temps à son métier, est envié par les meilleurs universitaires américains, trop souvent occupés à évaluer leurs étudiants ou leurs collègues ou à publier de façon frénétique.

Share This: