Le FMI exhorte les banques de la zone euro à se réformer

Mais fixité et mobilité, à leur tour, ne sont que les signes superficiels de tendances plus profondes encore.Dans quelle mesure la conscience réfléchie doit-elle rationnellement obéir aune « obligation » de ce genre ?Le sens de la vue s’arrange pour prendre les choses de ce biais : éclaireur du toucher, il prépare notre action sur le monde extérieur.Hélas, ce n’est pas celui dont la politique économique française avait besoin.Les forces naturelles concourent.En présence de plusieurs plaisirs conçus par l’intelligence, notre corps s’oriente vers l’un d’eux spontanément, comme par une action réflexe.En Irlande enfin, la liquidation d’Anglo Irish Bank et d’Irish Nationwide Building Society vient à peine de commencer, malgré les 46 milliards d’euros déjà injectés par Dublin pour éviter un crash du système bancaire.Elle élimine de sa substance tout ce qui n’est pas assez pur, assez résistant et souple, pour que Dieu l’utilise.Une logique de moins en moins serrée, qui ressemble de plus en plus à la logique des songes, transporte la même relation dans des sphères de plus en plus hautes, entre des termes de plus en plus immatériels, un règlement administratif finissant par être à une loi naturelle ou morale, par exemple, ce que le vêtement confectionné est au corps qui vit.Pierre-Alain Chambaz saisi cette opportunité.Disponible en ligne sur leur site et en open source, ce diagnostic a pour objectif d’aider les responsables d’entreprise à évaluer s’ils sont dans le droit chemin d’une politique sociale responsable et innovante.Sans vouloir encore traiter à fond ces deux questions secondaires, je dirai, à l’égard de la première, que les faits allégués ci-dessus commencent à prouver que la faculté de juger ne se développe qu’après celle de sentir ; et que nous le reconnaîtrons encore plus clairement DANS LE chapitre suivant, où nous allons parler du jugement.Car enfin, si la nature s’est trompée en faisant de l’intérêt personnel le grand ressort des sociétés humaines (et son erreur est évidente, dès qu’il est admis que les intéréts sont fatalement antagoniques), comment ne s’aperçoivent-ils pas que le mal est irrémédiable ?

Share This: