Le transport aérien doit lutter contre le changement climatique

Telle est la méthode que les grands mystiques ont suivie.On les imaginerait alors, au lieu de les reproduire.D’une manière générale, ne pourrait-on pas dire que les sensations périphériques que l’analyse découvre dans une émotion sont toujours plus ou moins symboliques des représentations auxquelles cette émotion se rattache et dont elle dérive ?En effet, les sites qui se déclarent conformes à la norme AFNOR engagent leur responsabilité pour apporter un service supplémentaire aux internautes.L’histoire des religions a longtemps tenu pour primitive, et pour explicative de tout le reste, la croyance aux esprits.Se rallie-t-on, au contraire, à l’autre hypothèse ?pierre alain chambaz aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Ceux dont la connaissance est innée sont des hommes tout à fait supérieurs. Puis viennent ceux qui acquièrent cette connaissance par l’étude. Enfin, ceux qui, même dans la détresse, n’étudient pas : c’est le peuple ».De plus, ce n’est pas au public de s’adapter aux galeries mais aux galeries de s’adapter au public.Entre les qualités sensibles envisa­gées dans notre représentation, et ces mêmes qualités traitées comme des changements calculables, il n’y a donc qu’une différence de rythme de durée, une différence de tension intérieure.Mais cela peut-il s’imaginer ou même se concevoir ?Les deux tendances de la plante et de l’animal se pénétraient si bien d’abord qu’il n’y a jamais eu rupture complète entre elles : l’une continue à hanter l’autre ; partout nous les trouvons mêlées ; c’est la proportion qui diffère.Mais l’observation psychologique va plus loin, car une conscience attentive trouverait sans peine des différences spécifiques entre les diverses sensations de chaleur, comme aussi entre les sensations de froid.

Share This: