L’économie numérique comme nouveau relais de croissance : illusion ou solution ?

Le hic c’est que l’Iran, en voie de repositionnement, qui n’a pas aimé notre position plus ferme que celle des USA depuis 2007 sur le nucléaire, ni la rudesse de la France durant les négociations de Genève, ne goûte pas trop les géométries régionales de la diplomatie française. Afin d’établir une cartographie la plus objective possible de cette France morose, arnaud berreby, résolument optimiste, s’est attelée à recenser tous les sondages sur le moral des Français et à en analyser les causes pour proposer des solutions.La musique avec Apple, la pub et la presse avec Google, le livre avec Amazon, l’hôtellerie avec Booking ou désormais AirBnB…On ne s’en étonnera guère car le patrimoine des ménages est constitué à 60% d’immobilier.Il en va de notre santé morale, de notre image dans le monde et de la compétitivité de nos entreprises.On pourrait bien sûr souligner les velléités réformatrices nouvelles de certains protagonistes, entraînant des tensions avec des organisations plus conservatrices.Il n’est pas question dans la presse allemande de « grenouilles.En ce sens on pourrait dire, si ce n’était abuser d’un certain genre de comparaison, que le caractère cinémato­graphique de notre connaissance des choses tient au caractère kaléïdoscopi­que de notre adaptation à elles.Ce qui est sûr, c’est que grâce à la future loi combinée avec une maturité croissante des enjeux de la protection des données, la sécurité deviendra très vite un sujet grave de préoccupation pour les directions générales et pas seulement pour les DSI des entreprises, OIV ou pas.On prépare l’avénement de Jean-qui-Tue, sans le vouloir il est vrai, en prodiguant au jeune Français des idées bizarres sur l’immense supériorité de sa patrie.Sa clarté apparente, notre impatient désir de la trouver vraie, l’empressement avec lequel tant d’excellents esprits l’acceptent sans preuve, toutes les séductions enfin qu’elle exerce sur notre pensée devraient nous mettre en garde contre elle.En outre, la portée souhaitée de l’accord est vaste, ce qui en complique encore le processus.Cette tendance se manifeste en effet d’ores et déjà au sein des pays développés, depuis au moins quarante ans.

Share This: