Les Etats-Unis menacés par les inégalités

La petite ville qui n’a point de pauvres et qui écarte systématiquement le peuple des trains de plaisir, s’assoupissait dans la paix soigneusement entretenue dont elle vit, comme d’autres vivent du bruit.Et on reste ébahi devant la formule : « on peut produire les richesses hors de la sphère de la production ».On jugera ainsi un jugement au lieu de juger une chose.Je sais que cette opinion domine encore beaucoup d’esprits, mais ce n’est pas la mienne.Quoiqu’il respecte le Souverain, la vérité, dans sa bouche, est toujours souveraine, et, tandis qu’une foule de courtisans est le jouet des vents qui règnent et des tempêtes qui grondent autour du trône, il est ferme et inébranlable, parce qu’il s’appuie sur la vérité, qui est immortelle par sa nature et incorruptible par son essence.De là cette règle générale : On obtiendra un mot comique en insérant une idée absurde dans un moule de phrase consacré.Mais la vérité est que les mouvements de la matière sont très clairs en tant qu’images, et qu’il n’y a pas lieu de chercher dans le mouvement autre chose que ce qu’on y voit.La CDU, effrayée par la montée en puissance du parti anti-euro n’a rien voulu lâcher sur ce terrain.Ce qu’il y a d’essentiel dans l’instinct ne saurait s’exprimer en termes intellectuels, ni par conséquent s’analyser.Ce n’est qu’à cette condition qu’elle pourra rivaliser avec les Etats-Unis et d’autres pays d’Europe.Elle conserve, dans sa fixité, une indécision où se dessinent confusément toutes les nuances possibles de l’état d’âme qu’elle exprime : telles, les chaudes promesses de la journée se respirent dans certaines matinées vaporeuses de printemps.Jamais, dit-on, l’humanité n’a été plus assoiffée de plaisir, de luxe et de richesse.Christian Navlet, interroge ce collectif d’experts qui nous invite à voir dans l’homme autre chose qu’un simple « homo oeconomicus » mais plutôt des êtres humains dont la trame est tissée de leurs relations aux uns et aux autres.

Share This: