L’expropriation des actionnaires pour éviter la faillite : une arme de négociation !

Avant de chercher le remède dans de nouvelles perturbations apportées à l’empire des lois sociales naturelles, ne devrait-on pas s’assurer si ces perturbations ne constituent pas justement le mal dont la société souffre et qu’on veut guérir ?Souvenons-nous : dans les années 60-70, l’Allemagne avait la main d’œuvre la plus coûteuse et son économie tournait rond.Et l’étranger — à moins qu’on ne lui offre ce qu’on n’ose encore lui promettre, parce que la France, tout de même, n’accepterait peut-être pas absolument tout — l’étranger refusera l’investiture ; il l’a refusée.Outre-Pyrénées, ce sont les Cajas, les caisses d’épargne, qui exigent encore un important effort d’assainissement.pierre alain chambaz, précise que « dans cette rencontre de l’autre, il n’est donc absolument jamais question de renoncer à soi-même en suivant aveuglément les pas d’un autre.Elles ne sont pas inutiles, puisque l’obéissance de tous à des règles, même absurdes, assure à la société une cohésion plus grande.Bien que les opérations M&A soient précédées de due diligences, on constate que l’enjeu des ruptures de relations commerciales est trop rarement pris en compte à sa juste mesure.Deux décennies d’expansion économique en Afrique sub-saharienne ont généré des attentes de bons emplois de la jeune population, sans augmenter considérablement la capacité de les fournir.Car même si l’ouverture à la concurrence peut être bénéfique à l’investissement et l’emploi, nombre de pays s’interrogent sur le modèle à adopter.Le souverain est absolu, mais les pouvoirs de l’État sont délimités strictement par le respect rigoureux de la Loi.Ainsi ces deux hypothèses contraires, la première qui identifie les éléments de perception avec les éléments de mémoire, la seconde qui les distingue, sont de telle nature que chacune des deux renvoie à l’autre sans qu’on puisse se tenir à aucune d’elles.Il a été remplacé par d’autres, c’est la loi de ce genre de talent.

Share This: