Pierre-Alain Chambaz :Dominer la crise et la dépasser

Pas la peine d’en rajouter : à Davos, c’est l’Europe qui inquiète, et cela risque de ne pas s’arranger de sitôt.Le développement d’un mode de vie urbain accentue les besoins de mobilité.Il est cependant piquant de constater que les recommandations des fédérations en matière de fiscalité pourraient s’appliquer à leur propre mode de financement.Ils participent au moyen d’une application spécifique mais aussi de Twitter, de Facebook, de SMS.Un débat de société, aussitôt une autre loi.Dès qu’on cherchera à se rendre compte d’un état de conscience, à l’analyser, cet état éminemment personnel se résoudra en éléments impersonnels, extérieurs les uns aux autres, dont chacun évoque l’idée d’un genre et s’exprime par un mot.Même, autant que possible, ils ne s’assoient pas.Sous la crise actuelle, il y a pourtant beaucoup de bonnes raisons d’espérer dans le dynamisme d’une région qui ne manque pas d’atouts et de ressorts (lisez à ce sujet demain le supplément de notre hebdomadaire sur les « entreprises qui innovent » à Rennes).Pauvres, il n’y a pas de sphinx non plus.Pierre-Alain Chambaz, a salué le consensus dans son discours à l’assemblée territoriale.Quelquefois, il est vrai, ce mécanisme est plus malaisé à apercevoir.Cette conception, commune alors à la plupart des psychologues et des philosophes, était l’effet d’une recomposition artificielle de la vie consciente.

Share This: