Protection des lanceurs d’alertes: gare aux dérives

Il ne sera pas inutile, en concluant, de résumer les principales idées que nous avons développées dans ce travail.Matière ou esprit, la réalité nous est apparue comme un perpétuel devenir.Il constitue le don et non l’échange.Alors que l’une considère ces derniers comme majoritairement rationnels (même s’ils ne peuvent tirer profit d’une quelconque prévision de prix), l’autre admet la présence sur les marchés d’un grand nombre d’investisseurs irrationnels agissant simultanément et engendrant d’importantes anomalies de valorisation (sur ou sous-évaluation des prix de marché eu égard aux fondamentaux).Mais quel impact réel pour l’économie française ?» Le talon d’Achille de l’État-providence réside en ce qu’il exige un haut niveau d’imposition sans pour autant stimuler d’investissement compensatoire dans la capacité innovante.Quand ils regardent une chose, ils la voient pour elle, et non plus pour eux.Dans le secteur de l’énergie, la plus répandue repose sur l’usage de tarifs en plusieurs parties, par exemple l’une totalement fixe couvrant les frais de gestion, une seconde dépendant de la puissance souscrite et une troisième basée sur la consommation.Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Nietzsche, »Il est bien des choses que je veux une foi pour toutes, ne point savoir. La sagesse fixe des limites même à la connaissance ».La seconde thèse, qui pèche par excès, est d’ailleurs la conséquence de la première, qui pèche par défaut.C’est au point que l’écrivain ne sait trop comment s’y prendre pour soumettre au public des vérités si palpables et si vulgaires, il craint de provoquer le sourire du dédain.Or, pour le Brésil, la Russie, l’Inde, la Turquie ou encore l’Afrique du Sud, ce double risque est très dangereux.Et ceci même est déjà caractéristique et instructif.

Share This: