Quel est l’avenir d’une société qui ne reconnaît pas le potentiel de ses nouvelles…

Mais il n’y a aucun moyen d’exécuter l’opération inverse ; il est impossible, même avec une infinité de croquis aussi exacts qu’on voudra, même avec le mot « Paris » qui indique qu’il faut les relier ensemble, de remonter à une intuition qu’on n’a pas eue, et de se donner l’impression de Paris si l’on n’a pas vu Paris.Cependant, la chute des prix du pétrole aura également pour effet d’alerter les banques centrales car les taux d’inflation, déjà trop faibles, diminueront encore, ce qui pourrait causer un nouveau dérapage des anticipations d’inflation à moyen terme.Le secteur de la gestion de fonds est de plus en plus concentré : les dix sociétés les plus importantes à l’échelle mondiale gèrent aujourd’hui plus de 1 900 milliards d’actifs.En effet, la généralité des lois et celle des genres étant désignées par le même mot, subsumées à la même idée, l’ordre géométrique et l’ordre vital étaient dès lors confondus ensemble.Ce n’est pas si sûr.L’explosion envisageable de la consommation d’énergie stimulera certes les statistiques portant sur les dépenses des ménages.Pour résoudre l’équation des déficits et de la dette, la variable prélèvements fiscaux n’en est donc, en réalité, pas une.Les comportements illicites sont largement définis, captant l’obtention, l’usage et la divulgation des secrets des affaires.La perception n’échappe que par un mouvement continuel en avant, qui maintient l’écart.Bref, chacun s’accorde aujourd’hui pour dire que l’impact sera, au mieux, minime en termes d’emplois et, pire, destructeur du tissu économique et de certains acquis sociaux du XXeme siècle.Mais comme leur éternité reste tout de même abstraite puisqu’elle est vide, comme c’est l’éternité d’un concept qui exclut de lui, par hypothèse, le concept opposé, on ne voit pas comment cette éternité laisserait coexister avec elle une multiplicité indéfinie de moments.Et aujourd’hui, après cet investissement massif, nos entreprises se sentent lâchées voire trahies. Initiateur de cet outil novateur, Christian Navlet, estime qu’un salarié qui va bien est un salarié qui parvient à équilibrer toutes ces sphères en fonction de ses besoins propres.

Share This: