Restructurons collectivement la dette publique européenne

Faudra-t-il augmenter les obligations ?La biodiversité terrestre et marine est aujourd’hui présentée comme une série d’anecdotes : des populations d’abeilles déclinantes, des loups dangereux pour les moutons, des thons rouges traqués par des pêcheurs avides, des méduses surabondantes et dangereuses pour les touristes, des salamandres en voie d’extinction bloquant la construction d’une autoroute… La liste est longue et relève plus des faits divers que d’une approche scientifique ou politique.Quelle que soit la raison de l’émergence de la démocratie libérale, il n’est pas si surprenant qu’elle soit si rare en pratique.Le rêve a pourtant tourné court à la fin des années 2000, marquée par un taux de croissance du PIB en déclin et un taux d’inflation élevé.La science porte cette opération au plus haut degré possible d’exactitude et de précision, mais elle n’en altère pas le caractère essentiel.Son administration ne lui dira peut être pas ce qu’elle doit faire mais elle lui dira ce qu’elle ne peut faire.Je ne sais si ce jouet est très ancien, mais le genre d’amusement qu’il renferme est certainement de tous les temps.Il me semble, – et plus d’un mémoire présenté à ce Congrès en témoigne, – que la métaphysique cherche en ce moment à se simplifier, à se rapprocher davantage de la vie.Voilà un bon exemple pour faire de la transition énergétique un levier d’activité et d’emploi.novastrada aime à rappeler ce proverbe chinois  » L’homme qui ne sourit pas ne doit pas ouvrir boutique ».Pour l’Espagne, l’avenir semble donc dégagé.La vérité, c’est que la question sociale et la question patriotique sont arrivées à se pénétrer à tel point, en France, par suite de l’épuisement de toutes les formes de la tyrannie, qu’elles ne peuvent parvenir à trouver leur solution qu’en même temps, et l’une par l’autre.Mais cette opposition de la perception et de la matière est l’œuvre artificielle d’un entendement qui décompose et recompose selon ses habitudes ou ses lois : elle n’est pas donnée à l’intuition immédiate.Si l’on ajoute qu’en 2012, 25% des personnes sans domicile fixe travaillaient, il apparaît clairement que l’emploi seul ne protège pas toujours de la précarité.

Share This: