Sauvetages bancaires : pourquoi est-ce toujours le citoyen qui boit la tasse ?

Ils se cantonnent à la traditionnelle analyse conjoncturelle.Certes, si nous fermons les yeux à l’indivisibilité du changement, au fait que notre plus lointain passé adhère à notre présent et constitue, avec lui, un seul et même changement ininterrompu, il nous semble que le passé soit ordinairement de l’aboli et que la conservation du passé ait quelque chose d’extraordinaire : nous nous croyons alors obligés d’imaginer un appareil dont la fonction serait d’enregistrer les parties du passé suscep­tibles de reparaître à la conscience.En France, la maternité est un sujet qui tient à cœur de toutes et tous.Le vide laissé par l’Etat a donc dû être occupé par des banques centrales conscientes de représenter le recours ultime.Cette relation ne sera pas autre chose que l’équation de la courbe.L’opposition refuse d’approuver la réforme, bloquant ainsi potentiellement l’amendement constitutionnel.L’explication s’en trouvera d’ailleurs dans la structure du cerveau.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Ralph Waldo Emerson, »C’est une grande force pour une phrase que le fait de sentir ou de ne pas sentir un homme derrière elle ».Faisons maintenant un pas de plus.Les pays d’Europe du Sud devraient s’inspirer de la recette helvétique pour faire fondre leur chômage!Les énergies renouvelables se sont développées avec des fortes impulsions comme celle donnée par l’Allemagne avec les Verts début 90.Voilà pour la morale qui se réclamerait de la raison envisagée comme une pure forme, sans matière.Tout ce que je veux dire est que cette nouvelle ligne de faits nous conduit au même point que la précédente.

Share This: