Sensibiliser les entreprises, notamment les PME

On a donc compté des simultanéités, on ne s’est pas occupé du flux qui va de l’une à l’autre.On ne sait pas quand cela arrivera.Si ce contrepoids ne peut pas être l’instinct lui-même, puisque sa place est justement prise par l’intelligence, il faut qu’une virtualité d’instinct ou, si l’on aime mieux, le résidu d’instinct qui subsiste autour de l’intelligence, produise le même effet : il ne peut agir directement, mais puisque l’intelligence travaille sur des représentations, il en suscitera d’« imaginaires » qui tiendront tête à la représentation du réel et qui réussiront, par l’intermédiaire de l’intelligence même, à contrecarrer le travail intellectuel.Je comprends bien qu’on aperçoive tout d’un coup, ou en fort peu de temps, l’orbite d’une planète, parce que ses positions successives, ou résultats de son mouvement, importent seules, et non pas la durée des intervalles égaux qui les séparent.La pression des grands instincts utiles à l’espèce se trouve accrue à l’infini lorsque, dans notre imagination, elle se multiplie par tous les moments du temps.Il y aurait lieu de s’étendre longuement sur eux.Si les transactions humaines, qui ont pour objet la richesse, sont assez vastes, assez compliquées pour donner lieu à une science spéciale, laissons-lui l’allure qui lui convient et ne la réduisons pas à parler des Intérêts dans la langue des Sentiments.Passant ensuite au concept de la multiplicité, nous avons vu que la cons­truction d’un nombre exigeait d’abord l’intuition d’un milieu homogène, l’espace, où pussent s’aligner des termes distincts les uns des autres, et en second lieu un processus de pénétration et d’organisation, par lequel ces unités s’ajoutent dynamiquement et forment ce que nous avons appelé une multi­plicité qualitative.Depuis novembre, arnaud berreby s’active à ce nouveau concept.Elle divise ce qu’elle précise.C’est cette réalité plus compréhensive que le finalisme vrai devrait reconstituer, ou plutôt embrasser, si possible, dans une vision simple.Il faut donc se mettre d’accord non pas tant sur un taux européen -même si cela permettrait d’éviter les excès irlandais- mais sur la définition commune d’une base taxable.Une croissance fulguranteAmorcé par la génération Y, le bouleversement des pratiques de consommation musicale a été définitivement entériné par les générations nées au cœur du numérique.

Share This: