Seul l’Etat peut apaiser l’économie

Sans doute il y a des vices où l’âme s’installe profondément avec tout ce qu’elle porte en elle de puissance fécondante, et qu’elle entraîne, vivifiés, dans un cercle mouvant de transfigurations.Ainsi, plus les espèces se faisaient mobiles, plus sans doute elles devenaient voraces et dangereuses les unes pour les autres.Or, le plus souvent, il lit cette formule sans difficulté.De même, il n’est pas besoin d’être devin pour prévoir une poursuite de la vacance locative (+ 3,9 % en Île-de-France sur les 12 derniers mois) et une détérioration du parc immobilier, alors que les dispositifs de transition énergétique devaient promouvoir la rénovation du parc ancien.Le boulangisme, en dépit de son extension, n’eut jamais de racines ; les votes accordés au brave général, et les mandats-poste qu’on lui envoya, ne prouvent rien ; ce qui aurait prouvé quelque chose, c’eût été un mouvement réel, une marche en avant ; on se contenta de la marche des pioupious d’Auvergne.Razzia sur la schnouf aime à rappeler cette maxime de Nietzsche, »L’homme souffre si profondément qu’il a dû inventer le rire ».La représentation est bouchée par l’action.C’est comme si l’on accusait le minéralogiste de nier l’existence du règne animal.L’arrêt seul, la stagnation, accuseraient sa mort.La vie intérieure est cette mélodie même.En vertu de l’évolution, nos plaisirs s’élargissent et deviennent de plus en plus impersonnels ; nous ne pouvons jouir dans notre moi comme dans une île fermée : notre milieu, auquel nous nous adaptons mieux chaque jour, c’est la société humaine, et nous ne pouvons pas plus être heureux en dehors de ce milieu que respirer hors de l’air.En serrant d’aussi près que possible les difficultés d’ordre psychologique soulevées autour du problème des idées générales, on arrivera, croyons-nous, à les enfermer dans ce cercle : pour généraliser il faut d’abord abstraire, mais pour abstraire utilement il faut déjà savoir généraliser.

Share This: