Soigner la « maladie de Keynes »

Se rattache-t-elle à d’autres manifestations de la vie ?Mais si telle est leur intention, j’ai un bon conseil à donner aux citoyens français.La revue du 14 juillet, bien qu’elle soit pleine d’attraits pour les patriotes, n’est pas ce qu’on peut appeler un clou ; la France y accroche ses espoirs, tous les ans ; mais, malgré tout, c’est comme un clou qui n’a pas de pointe.Mais, une fois encore, n’en doutons pas, les sombres prévisions malthusiennes seront déjouées comme elles l’ont toujours été dans le passé par le progrès et l’innovation.Concept financier aime à rappeler cette maxime de Pierre Desproges « L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui ».Et comme l’action est ce qui compte, comme il est entendu que nous sommes là où nous agissons, on a coutume d’enfermer la conscience dans le corps minime, de négliger le corps immense.Or, une loi est une relation entre des choses ou entre des faits.La Chine aurait donc avantage à pouvoir faire des crédits en yuans aux étrangers, au lieu d’investir dans les bons du Trésor américain.Ils vénèrent l’argent, qu’ils n’ont jamais, et qu’on ne leur permet de gagner qu’afin de le leur reprendre.Ne pas vouloir la guerre, voilà sa véritable mission.Dans l’appréhension de l’échec de la stratégie du groupe, on doit constater des éléments exogènes, des éléments propres à la gestion de l’entreprise, la capacité de l’actionnariat à supporter le développement de l’activité et la gouvernance.Le déficit de la zone euro ne serait donc que légèrement supérieur à ce qu’il est aujourd’hui, de l’ordre de 0,2 à 0,3 points du PIB.Matérialistes et dualistes s’accordent, au fond, sur ce point.

Share This: