Une économie arabe à deux vitesses

On ne se demande pas si le mort inconnu valait ces honneurs ; on pense qu’il était aimé, et cet amour est le véritable objet de notre respect.Le manque d’ouverture de notre système de financement déforme tout le paysage de l’innovation.Une fois admis que l’échange est à la fois cause et effet de la séparation des occupations, une fois admis que la séparation des occupations multiplie les satisfactions proportionnellement aux efforts, par les motifs exposés au commencement de ce chapitre, le lecteur comprendra facilement les services que la Monnaie a rendus à l’humanité par ce seul fait qu’elle facilite les échanges.Elle aurait essayé d’appliquer à ce nouvel objet ses méthodes habituelles, et elle n’aurait eu sur lui aucune prise, pas plus que les procédés de calcul et de mesure n’ont de prise aujourd’hui sur les choses de l’esprit.Contraindre les auto-entrepreneurs ne résoudra rienLes apprentis gagnent un peu d’argent légalement en exerçant leur talent, les retraités gagnent avec leur expérience de quoi compléter une pension dérisoire.Il s’agirait de former des établissements français pleinement engagés sur les marchés mondiaux.Enfin, le rapport du CNIS (Conseil National de I’Information Statistique) de mars 2010 rédigé sous l’autorité de Bernard VORMS, recommandait aux notaires de s’appuyer sur les avant-contrats pour donner de premières tendances, au moment où les prix se forment sur le marché.Il nous faut changer, ce qui est certes douloureux mais pas nécessairement régressif Notre croissance sera beaucoup plus faible que celle des pays en rattrapage et à population active croissante.Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Confucius, « L’homme de bien est droit et juste, mais non raide et inflexible ; il sait se plier mais pas se courber ».Et la banque centrale se retrouve impuissante pour lutter contre cette calamité si elle se borne à faire usage du seul levier de la réduction de son taux directeur, qui ne peut aller comme on le sait au-dessous de zéro.Si la sophistication et l’ingéniosité des administrations budgétaires et fiscales ont certes pour miroir celles des directions fiscales des entreprises (lorsqu’elles peuvent s’en doter) et des avocats ou autres experts fiscalistes, cet écheveau de prélèvements conduit à de grandes illusions pour la plupart des contribuables.

Share This: